Togo

Nom officiel : République Togolaise
Chef de l’Etat et du Gouvernement : Faure E. Gnassingbé

Données géographiques

Superficie : 56 785 km²
Capitale : Lomé
Villes principales : Lomé, Dapaong, Kara, Atakpamé, Sokodé
Langue (s) officielle (s) : français
Langue (s) courante (s) : Mina
Monnaie : franc CFA, 1 EUR = 655,957 XOF
Fête nationale : 27 avril

Données démographiques

:
Population : 7,1 millions d’habitants (Banque mondiale, 2015) dont 1,5 à Lomé et son agglomération (recensement 2010), dont :
Population rurale : 61 % (2014)
Population urbaine : 39 % ( 2014)
Densité : 131 habitants au kilomètre carré (Banque mondiale, 2014).
Taux de croissance démographique : 2,7% (Banque mondiale, 2014).
Espérance de vie à la naissance : 59 ans (PNUD, 2014).
Taux d’alphabétisation : 60 % (PNUD, 2014).
Indice de développement humain : 0,484, 162e sur 188 (PNUD, 2015).

Données économiques

Produit intérieur brut : 4,2 Mds$ (FMI, 2015).
Produit intérieur brut par habitant : 569 $ (FMI, 2015), 1 483 $ PPA.
Taux de croissance du produit intérieur brut : 5,4 % (FMI, 2015).
Taux de chômage : 7 % (Banque mondiale, 2014).
Taux d’inflation : maitrisée, 1,8% en 2015, 2,1 % en 2016 (prévisions, FMI).
Balance commerciale : - 956 M€ (DGT, 2015).
Principaux clients : Burkina Faso, Bénin, Inde (DGT, 2015).
Principaux fournisseurs : Chine, France, Afrique du Sud (DGT, 2015).
Part des secteurs d’activité dans le produit intérieur brut (Banque mondiale, 2014) :
-  Agriculture 42 %,
-  Industrie 17 %,
-  Services 41 %

Situation économique

Portée par les gains de productivité dans le secteur agricole et par l’investissement public dans les infrastructures de transport, la croissance économique au Togo est restée à des niveaux élevés ces dernières années, au-dessus de la croissance démographique. En 2015, elle s’établissait à 5,4 %, et devrait se maintenir à un niveau similaire pour les prochaines années.
Le dynamisme de l’investissement public a conduit à une accélération de la croissance, mais a également contribué à une augmentation importante de la dette publique et du déficit des transactions extérieures courantes. La dette publique est passée de 46 % du PIB en 2012 à 61 % en 2014. Le déficit des transactions extérieures courantes a augmenté de 7,5 % du PIB en 2012 à 13 % du PIB en 2013–2014, principalement à cause d’une hausse des importations liées au développement du réseau de transport.
Sur le plan budgétaire, le Togo a connu en 2014 un déficit de 4,9 % du produit intérieur brut. La mise en place d’un Office togolais des recettes, qui rassemble les services des impôts et des douanes, a pour objet d’améliorer le recouvrement des recettes. Le pays n’a plus d’accord avec le Fonds monétaire international depuis novembre 2011, mais est entré officiellement en négociations pour un nouvel accord fin 2015.
Les principaux produits d’exportation sont le ciment, les phosphates et le coton. Le déficit de la balance commercial s’établit à 956 millions d’euros en 2015. Mais le Togo s’affirme surtout comme une économie de transit, fondée notamment sur le port autonome de Lomé, seul port en eaux profondes du golfe de Guinée, la nouvelle aérogare, le « hub » bancaire et des projets d’interconnexion ferroviaire avec le Ghana et le Bénin.
Néanmoins, 51 % de la population vit en situation de pauvreté multidimensionnelle au sens du Programme des Nations unies pour le développement et le Togo arrive en 162e position au classement par l’indice de développement humain.
Le Togo est en 150e place du classement de la Banque Mondiale sur la facilité de faire des affaires pour 2015, en progression de onze places en cinq ans.

Autres données

Indice Mo Ibrahim de la gouvernance africaine 2016 : 33e sur 54
Classement Doing Business 2017 : 154e sur 190
Transparency International 2016 : 116esur 176